ROSEGGER (P.)


ROSEGGER (P.)
ROSEGGER (P.)

ROSEGGER PETER (1843-1918)

Un de ces rares écrivains régionaux dont l’œuvre a trouvé audience par-delà les confins de leur terroir natal, Peter Rosegger doit, pour l’essentiel, sa notoriété à ses souvenirs d’enfance. Il n’est guère de recueil allemand consacré à Noël qui ne reproduise son récit Lorsque j’allais chercher les joies de la Nativité (Wie ich Christtagsfreuden holen ging ).

Fils de paysan forestier, Peter Rosegger naît à Krieglach en Styrie, fréquente l’école, garde les troupeaux de son père, aide aux travaux de la ferme. On l’initie dans un village voisin au métier de tailleur; mais, à vingt-deux ans, il part pour Graz, où il y a une école commerciale. Plus tard, il sera instituteur.

C’est avec des poèmes en dialecte styrien, d’abord publiés en revue, puis recueillis, en 1869, sous le titre de Cythare et épinette (Zither und Hackbrett ), qu’il débute en littérature. Il publie en 1911 Ma Chanson (Mein Lied ), son deuxième volume de vers. Entre-temps, des récits. Dans Histoires de Styrie (Geschichten aus der Steiermark , 1871), il rassemble contes de fées, légendes et soties entendus au village. Quoique constituant une contribution intéressante à la littérature populaire, cette œuvre semble pâle auprès de celles qui la suivent, Écrits d’un instituteur forestier (Die Schriften des Waldschulmeisters , 1875) et, en particulier, Forêts de mon pays (Waldheimat , 1877). Aujourd’hui encore, on lit avec plaisir les souvenirs du jeune Rosegger, qui s’en voulait aller à Vienne voir l’empereur: les gens du village lui en avaient dit tant de bien! Les parents de l’enfant autorisent ce déplacement: en chemin, une chapelle de pèlerins accueillera le voyageur qui prie pour la guérison des troupeaux familiaux... Les souvenirs sont rapportés avec une étonnante exactitude: le long chemin jusqu’à la grand-ville — trois jours à pied —, l’égarement face à la circulation urbaine, la naïveté de l’enfant qui attend des Viennois l’aide à laquelle il est accoutumé au pays, et le coup de chance qui lui permet de s’introduire enfin dans le palais impérial. D’un autre point de vue, le conte Lorsque j’allais chercher les joies de la Nativité invite à comprendre la vie de paysans pauvres et le cheminement d’un jeune garçon assujetti à de fortes pressions physiques et psychiques. Jamais, en effet, Rosegger ne cède à la tentation de falsifier ses histoires après coup: il dit sa vie telle qu’elle fut. En 1902 paraissent trois volumes de textes autobiographiques. Là, comme dans Heimgarten (Jardin familial ), une revue qu’il publie, il conte, à de nombreuses reprises, ses aventures. Dans le même temps, il écrit des romans historiques, entre autres Peter Mayr, l’aubergiste de la Mahr (Peter Mayr, der Wirt an der Mahr ).

On peut regretter la place grandissante que prennent, dans les œuvres ultérieures, les traits didactiques. Rosegger pensait, en effet, que l’homme doit se mettre à l’école de la nature, ce qui l’amena à s’éloigner des préceptes catholiques et, lorsque parut son roman paysan L’homme qui cherche Dieu (Der Gottsucher , 1883), à susciter la colère de l’Église.

Mais, si les écrits paraphilosophiques de cet auteur semblent maintenant bien anachroniques, ses souvenirs d’enfance, en revanche, n’ont rien perdu de leur fraîcheur. Ce mélange de fine notation psychologique et d’exacte description sociologique fait de Rosegger un précurseur de la littérature régionale au XXe siècle.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Rosegger — ist der Familienname folgender Personen: Hans Ludwig Rosegger (1880–1929), österreichischer Schriftsteller Peter Rosegger (1843–1918), österreichischer Schriftsteller Rupert Rosegger (1819–1887), österreichischer Seelsorger und Schriftsteller… …   Deutsch Wikipedia

  • Rosegger — Rosegger, Peter (in frühern Werken [bis 1894] P. K., d.h. Petri Kettenfeier), namhafter österr. Volksschriftsteller, geb. 31. Juli 1843 in Alpl bei Krieglach in Obersteiermark als Sohn armer Bauersleute, erhielt nur den notdürftigsten Unterricht… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Rosegger — Rosegger, Peter, Schriftsteller, geb. 31. Juli 1843 zu Alpl (Obersteiermark), lebt im Sommer zu Krieglach, im Winter in Graz; verfaßte zahlreiche Erzählungen aus dem Volksleben seiner Heimat, Gedichte und Geschichten in steir. Mundart (»Zither… …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Rosegger — Peter Rosegger Peter Rosegger Peter Rosegger, né le 31 juillet 1843 et mort le 26 juin 1918, était un poète autrichien originaire de Styrie où il est une figure très importante. Enfant de fermiers, il grandit à la campagne et n eut pas une… …   Wikipédia en Français

  • Rosegger — Rọsegger,   Peter, eigentlich P. Rọßegger, Pseudonyme P. K. (= Petri Kẹttenfeier), Hans Mạlser, österreichischer Schriftsteller, * Alpl (heute zu Krieglach) 31. 7. 1843, ✝ Krieglach 26. 6. 1918; stammte aus einer Bergbauernfamilie; nach einer …   Universal-Lexikon

  • Rosegger — Ro|seg|ger [auch ro zɛ..., rɔ...] (österreichischer Schriftsteller) …   Die deutsche Rechtschreibung

  • Rosegger, Peter — ▪ Austrian writer born July 31, 1843, Alpl, Austria died June 26, 1918, Krieglach       Austrian writer known for his novels describing provincial life.       The son of a farmer, Rosegger became a travelling tailor and then studied at a… …   Universalium

  • Rosegger Peter — Розэггер Петер (1843 1918) писатель, автор произведений из народной жизни, а тж. на религиозные темы. Примыкал к натурализму. Рассказы и романы из народной жизни. ( Якоб Последний , Богоискатель ) Впервые выступил в печати с песнями на… …   Австрия. Лингвострановедческий словарь

  • РÓЗЕГГЕР (Rosegger) Петер — (Rosegger) Петер (1843–1918), австр. писатель. Примыкал к натурализму. Рассказы ( Штирийские истории , 1871) и романы ( Якоб Последний , 1888) из нар. жизни. Ром. Богоискатель (1883) …   Биографический словарь

  • Peter Rosegger — Porträt von Peter Rosegger Porträt von Peter Rosegger in der …   Deutsch Wikipedia